Skip to main content

14 Juillet à l’Ambassade de France

Published on 16 juillet 2012
Intervention de M. François Delattre, Ambassadeur de France aux Etats-Unis, à l’occasion de la Fête nationale.
Washington, D.C., le 14 juillet 2012.

Madame la Directrice générale du Fonds Monétaire Internationale, Chère Christine Lagarde – c’est un honneur tout particulier de vous accueillir ce soir, avec votre conjoint M. Xavier Giocanti, que je suis très heureux de saluer, et en notre nom à tous je vous remercie très chaleureusement de votre présence parmi nous malgré votre agenda démentiel,
Monsieur l’Ambassadeur auprès de l’OEA, Mon Cher Pierre-Henri,
Madame la Conseillère à l’Assemblée des Français de l’Etranger, Chère Christiane Ciccone,

Monsieur le Consul général, Mon Cher Olivier,

Mesdames et Messieurs les représentants des associations françaises et franco-américaines,

Mes chers compatriotes,
Chers amis,

C’est un immense plaisir pour mon équipe et pour moi de vous accueillir cet après-midi à l’ambassade de France.

Je voudrais souhaiter chaleureusement la bienvenue à chacune et chacun d’entre vous et vous remercier de votre présence pour célébrer ensemble notre Fête Nationale, qui est toujours un moment privilégié d’unité, de partage, de concorde nationale.

Je souhaite également remercier de tout cœur nos généreux sponsors, à qui cet événement doit beaucoup : Orange, Sanofi, EADS, Arianespace, ainsi que tous ceux qui ont fourni une grande partie des vins et du buffet que vous avez aujourd’hui. Avec une reconnaissance particulière aussi pour la prestation musicale très appréciée du groupe Avallon.

Permettez-moi enfin de remercier les membres de l’ambassade et de la Résidence, ainsi que nos volontaires, qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour préparer cet événement.

Mes chers amis, en vous accueillant dans cette ambassade où vous êtes chez vous, je voudrais saluer nos 300.000 concitoyens vivant aux Etats-Unis, qui constituent la plus importante communauté française à l’étranger à l’extérieur de l’Union Européenne.

Avec nos compatriotes du Canada, les Français d’Amérique sont désormais représentés à l’Assemblée Nationale par une Députée, Mme Corinne Narassiguin, que beaucoup d’entre vous connaissez déjà.

Je sais combien vous êtes tous profondément attachés à notre pays, un pays que vous servez si bien en développant la présence française aux Etats-Unis, je sais aussi combien vous êtes des acteurs essentiels de la relation franco-américaine.
Vous êtes tous, à la place qui est la vôtre, des ambassadeurs de notre pays aux Etats-Unis. C’est donc à un vrai partenariat que je vous invite ce soir. Nous avons besoin de vous, de votre engagement, de vos conseils aussi.

Dans le même esprit, je souhaite que la communauté française de Washington et de l’ensemble des Etats-Unis, dans la diversité de ses convictions et de ses engagements, se reconnaisse dans mon action et dans celle de cette ambassade comme de nos consulats généraux.
Nous avons la chance, en particulier ici à Washington et dans sa région, de bénéficier d’un réseau d’associations françaises et franco-américaines particulièrement dynamiques.

Alors je voudrais ce soir saluer et remercier très chaleureusement les représentants de ces associations, je pense à l’Association des Anciens Combattants, à l’Alliance française bien sûr, à l’Union des Français de l’Etranger et à l’Association Démocratique des Français de l’Etranger, à l’Association des Français des institutions financières internationales, à Washington Accueil, Philadelphie Accueil, je pense aussi à notre dynamique chambre de commerce, à nos Conseillers du Commerce extérieur et à tant d’autres encore, qu’il serait trop long de mentionner. A toutes ces associations, je veux adresser, à travers leurs représentants présents ce soir, toute ma reconnaissance.

Ces associations, vous le savez, sont pour la quasi-totalité d’entre elles regroupées au sein du Comité Tricolore, sous la présidence d’Annie Seys, dont je voudrais saluer l’engagement et le travail.

Comme chaque année, le Comité Tricolore a organisé - c’était hier soir-, en prélude à notre rencontre d’aujourd’hui, son traditionnel Bastille day, qui est une soirée de levée de fonds destinée à aider nos concitoyens dans le besoin.

Je remercie tous ceux d’entre vous qui ont pu y participer. On ne soulignera jamais assez en effet combien il est aussi de notre responsabilité, surtout en cette période de crise, d’identifier et d’aider ceux de nos concitoyens, et ils sont plus nombreux qu’on ne le croit, qui sont dans la détresse ou le besoin. Nous pensons à eux aujourd’hui, comme nous pensons à ceux de nos compatriotes qui sont engagés sur les théâtres extérieurs et à nos otages.

Mesdames, Messieurs, célébrer notre Fête Nationale, le « Bastille Day » comme on l’appelle ici, c’est aussi célébrer les valeurs communes qui fondent l’amitié entre la France et les Etats-Unis.

And here I would like to extend a warm welcome to all our non-French speaking friends, whether Americans or from other countries, who are kind enough to share this celebration with us.

I would like to thank them all for being with us tonight. Their presence means a lot to all of us.

As we are celebrating Bastille Day we are celebrating the values that our two countries share, the values coming from the French and American revolutions and that are at the core of our identity.

Chers amis, sur le socle de ces valeurs communes, l’année écoulée a été réellement exceptionnelle sur le plan de la relation franco-américaine, et malgré les incertitudes économiques que nous connaissons le contexte ne peut pas être plus favorable aujourd’hui pour renforcer encore le partenariat entre nos deux pays.

J’en veux pour preuve le grand succès de la visite que le Président de la République a effectuée aux Etats-Unis en mai dernier, littéralement trois jours après sa prise de fonctions.

Dans ce cadre, nous avons eu l’immense privilège d’accueillir ici même le Président de la République le 18 mai dernier, vous étiez très nombreux autour de lui. Il s’agissait de la toute première rencontre du Président Hollande avec des Français de l’étranger et de sa première vraie visite à l’étranger, si l’on met de côté son bref déplacement à Berlin, ce qui n’est bien sûr pas anodin et traduit l’importance toute particulière que le Président de la République attache à la relation franco-américaine.
Cette relation, je le disais à l’instant, connaît aujourd’hui une forte dynamique.

C’est vrai dans le domaine politique et diplomatique au sens large. Après être intervenus côte-à-côte pour mettre un terme à 42 ans de dictature sanglante en Libye, la France et les Etats-Unis sont engagés ensemble sur pour ainsi dire tous les grands théâtres et les grandes crises du monde : en Aghanistan, où le retrait de nos forces de combat à la fin de l’année ira de pair avec le maintien d’un fort engagement de la France au service de ce pays ; en Iran, où nos deux pays sont à la pointe des efforts de la communauté internationale pour empêcher ce pays d’accéder à l’arme nucléaire ; en Syrie, pour mettre fin à la tragédie qui frappe ce pays et obtenir le départ le plus rapide possible du Président Assad ; dans l’ensemble du monde arabe, pour y soutenir partout les mouvements démocratiques ;

et je pourrais également mentionner notre engagement commun en Afrique, dans les Balkans et ailleurs.

Dans le même esprit, je voudrais souligner ici la concertation particulièrement étroite qui existe entre Paris et Washington sur les grands dossiers économiques et financiers, comme on l’a vu à travers l’excellent passage de témoin entre la présidence française puis la présidence américaine du G8 et comme on le voit à travers l’action de nos deux pays dans le cadre du G20 et pour surmonter les difficultés au sein de la zone euro.

Et vous me permettrez dans ce cadre de rendre hommage à l’engagement de Madame Christine Lagarde et du FMI.

Mes Chers amis, le partenariat économique franco-américain est lui-même en plein essor.

Ainsi, la France figure aujourd’hui parmi les 5 principaux investisseurs étrangers aux Etats-Unis, où nos entreprises emploient plus de 650.000 personnes.

Symétriquement, l’investissement américain en France a augmenté de 40 % au cours des deux années qui précèdent, et la France est dans le peloton de tête des cinq premières terres d’accueil des investissements directs étrangers dans le monde, « dans un mouchoir » - pour parler familièrement - avec la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Chine.

Ceci reflète l’ampleur des atouts de notre pays dans la compétition internationale. Je voudrais simplement citer ici trois de ces atouts, parmi beaucoup d’autres, en espérant que vous relaierez le message auprès de nos amis américains :

- l’atout démographique d’abord : avec un taux de natalité de deux enfants par femme, la France est aujourd’hui, avec l’Irlande, le seul pays européen dont la population continue à augmenter ;

- l’atout entrepreneurial ensuite. La France n’a jamais crée autant de nouvelles entreprises : plus de 600.000 entreprises créées au cours des douze derniers mois. C’est un signe particulièrement révélateur de la vitalité de l’économie française ;

- l’atout scientifique et technologique enfin : la France est l’un des leaders mondiaux dans les grandes révolutions industrielles et technologiques en cours, que ce soit celle de l’énergie et du développement durable, celle de la génétique et des sciences du vivant, ou encore celle du numérique.

Cet atout scientifique et technologique de notre pays n’est parfois pas suffisamment reconnu de ce coté-ci de l’Atlantique, et je crois qu’il est important de conjuguer nos efforts pour mieux le faire connaître.

Dans ce cadre, promouvoir l’innovation est une priorité majeure de l’ambassade, et de ce point de vue je me réjouis que la coopération scientifique et universitaire soit aujourd’hui l’un des domaines les plus dynamiques et les plus prometteurs du partenariat franco-américain.

Mesdames, Messieurs, dans notre monde en plein bouleversement ma conviction est que la relation franco-américaine est plus cruciale que jamais, car elle repose sur des intérêts mais aussi des valeurs partagés.

Et bien ces valeurs de démocratie et de liberté qui nous sont communes, et que nous célébrons en ce 14 juillet, constituent plus que jamais, face aux grands défis de notre temps, notre meilleure boussole et notre meilleur guide pour l’action.

Alors, mes chers amis,

Vive la France !
Vive les Etats-Unis !
Et vive l’amitié franco-américaine !

      haut de la page