Skip to main content

« Seuls en Scène 2016 » - festival de théâtre français de l’Université de Princeton

Published on 1er septembre 2016
La cinquième édition de « Seuls en Scène » aura lieu du 22 Septembre au 6 Octobre 2016. Comme les années précédentes, le festival offrira une sélection riche et variée des œuvres marquantes de la scène contemporaine française.

Seuls en Scène 2016 introduira de célèbres acteurs, réalisateurs et auteurs français (David Lescot, Pascal Rambert, BM Koltès, Audrey Bonnet et Anne Alvaro ...) ainsi que de jeunes artistes prometteurs (Caroline Guiela Nguyen, Noe Soulier, l’équipe du Jeune Théâtre National) au public américain.

Le Festival est organisé par Florent Masse, Maître de conférences au département de français et italien et directeur de L’Avant-Scène, the French Theatre Workshop, en partenariat avec l’Université de Princeton, le Centre Lewis pour les arts et le service culturel de l’ambassade de France aux Etats-Unis.

PROGRAMME

Dans la solitude des champs de coton
Bernard-Marie Koltès

Dans la solitude des champs de coton, pièce de Bernard-Marie Koltès (1948-1989), un des plus célèbres auteurs de théâtre du XXe siècle et mise en scène par Roland Auzet, est une rencontre entre une dealeuse et une cliente dans une ville, la nuit. Chacun est lié à l’autre par la dépendance. Entre eux s’engage un combat « entre chien et chat », de mots, de pensée, de nerfs, qui précède l’affrontement physique.

Le public et les actrices ne font qu’un organe déambulatoire où la quête koltésienne se déroule. Des casques pour chaque personne du public sont proposés pour entrer dans l’intime des mots, de la situation et du corps des actrices. Cette démarche cherche ainsi à dépasser la seule vision de la représentation, à repenser l’espace et révéler des infimes ou entrevoir des failles. Les perceptions visuelles et auditives associées aux déplacements du public constituent les fondements de la relation du récit intime dans l’espace public.

JEUDI 22 SEPTEMBRE - VENDREDI 23 SEPTEMBRE 2016 · 20h00 | FRICK CHEMISTRY BUILDING / ATRIUM | DURÉE : 75 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Clôture de l’amour
Pascal Rambert

Dans une grande salle blanche, une femme et un homme se parlent. C’est lui qui débute la conversation. Elle écoute, attentive, et lui répond par un second monologue. Ils évoquent leur séparation, parlent de l’avant et du maintenant. Elle, c’est Audrey Bonnet. Lui, Stanislas Nordey. Si leurs personnages de fiction portent leurs prénoms, c’est que ce spectacle a été écrit pour eux. Pour eux, et pour personne d’autre. Pour leur corps, pour leur façon de dire, pour ce qu’ils sont dans l’imagination de l’auteur et metteur en scène Pascal Rambert.

À la question : « Qui aime-t-on quand on aime ? », Pascal Rambert n’apporte pas de réponse toute faite. Il circule dans les possibles. Il ne refuse pas les poncifs qu’utilisent, au moins une fois, ceux qui se séparent, qui cherchent les raisons du désamour, qui réécrivent les souvenirs, les enjolivent, avant de tout détruire par quelques phrases assassines. Dans la brutalité d’un verbe omniprésent, dans l’incroyable rigueur d’une écriture froide et meurtrière se déroule un combat sans merci. Il y a deux regards, deux silences, deux paroles pour dire la violence d’un amour qui meurt.

(Sous-titres en anglais)

SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2016 · 20h00 | MATTHEWS ACTING STUDIO / 185 NASSAU STREET | DURÉE : 100 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Finir en Beauté
Mohamed El Khatib

D’après des entretiens, des courriels, des textes, des documents administratifs et autres « sources réelles », Mohamed El Khatib (re)construit un conte délicat du deuil après la mort de sa mère, seul sur scène, dans une pièce émouvante qui touche à l’intemporalité.

(Sous-titres en anglais)

MERCREDI 28 SEPTEMBRE - JEUDI 29 SEPTEMBRE 2016 · 20h00 | WHITMAN COLLEGE CLASS OF 1970 THEATER | DURÉE : 60 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Mon Grand Amour
Caroline Guiela Nguyen / Les Hommes Approximatifs

Lorsque Caroline Guiela Nguyen était enfant et demandait à sa grand-mère pourquoi il ne fallait pas placer d’argent à côté de la nourriture, cette dernière lui répondait : « Parce que ça attire les fantômes. C’est ainsi, à cause de ma voisine de palier à Saigon, que j’ai entendu pleurer durant deux ans une petite fille qui n’existait plus. »

Aujourd’hui, vous avez franchi la porte de cet appartement du centre-ville de Valence. La télé est allumée. Vous reconnaissez les voix du programme de midi. Deux femmes regardent l’émission. La douche coule, peut-être est-ce une troisième personne, dans une autre pièce. Sur un meuble, comme un petit autel domestique, il y a la photographie d’un homme encadrée de plastique doré, enrubannée de volutes d’encens. L’une des femmes s’approche souvent de ce portrait. Elle replace soigneusement une fleur séchée. À la voir ainsi on se dit que c’est sûrement son grand amour qui est encadré, là... sous sa main.

Mon grand amour est l’histoire d’un lieu. Un lieu transfiguré par la vie d’un autre lieu, loin, à Saigon, une ville qui a changé de nom, qui n’existe plus, et qui s’est déplacée jusque-là. Attention, jauge très limitée. Aficionados des Hommes Approximatifs, faites vite !

VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2016 · 17h00, 19h00 & 20h00 | LOCATION TBA | DURÉE : 50 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Ceux Qui Restent
David Lescot

Paul Felenbok et Wlodka Blit-Robertson avaient 7 et 12 ans en avril 1943 quand ils se sont enfuis du ghetto de Varsovie. Les deux cousins germains sont les témoins vivants d’une histoire qu’ils souhaitent aujourd’hui transmettre, parce qu’ils ne l’avaient jamais fait.

David Lescot a recueilli leurs témoignages croisés et a décidé de les porter à la scène, dans un dispositif dépouillé de tout effet spectaculaire, de tout protocole pathétique. Deux comédiens sont alternativement Paul et Wlodka, l’un qui interroge et l’autre qui répond. De leurs bouches surgit la petite voix de deux enfants seuls dans la guerre.

La force du spectacle tient à la qualité des témoignages mais aussi à leur rareté : il reste aujourd’hui en France à peine une dizaine de personnes ayant vécu dans le ghetto de Varsovie.

(Sous-titres en anglais)

VENDREDI 30 SEPTEMBRE - SAMEDI 1ER OCTOBRE 2016 · 20h00 | MATTHEWS ACTING STUDIO / 185 NASSAU STREET | DURÉE : 80 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Paroles de Soldats
Hubert le Roux & Antoine Sabbath

Paroles de Soldats nous rappelle les effets durables de la guerre sur les soldats français engagés dans des conflits internationaux au cours des trente dernières années, en Irak, Rwanda, Afghanistan... Cinq acteurs du Jeune Théâtre National prêtent leur voix à ces témoignages, au partage de la peur et à l’angoisse rencontrée par ces soldats lorsqu’ils sont confrontés au combat brutal, qui ne laisse personne indemne.

MARDI 4 OCTOBER 2016 · 20h00 | MATTHEWS ACTING STUDIO / 185 NASSAU STREET | DURÉE : 80 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.


Mouvement-Sur-Mouvement
Noé Soulier

Mouvement sur mouvement procède ainsi à un changement de focale : remplaçant la parole didactique de Forsythe par un discours tour à tour descriptif, introspectif, théorique ou fictionnel – il décale la réception des formes, et ouvre à de nouveaux agencements de sens. Jouant de tous les écarts permis par cette substitution, il se penche sur les creux, les failles – faisant du moindre geste l’indice d’un décalage entre intention et résultat.

MERCREDI 5 OCTOBRE - JEUDI 6 OCTOBRE 2016 · 20h00 | WHITMAN COLLEGE CLASS OF 1970 THEATER | DURÉE : 60 MIN
L’entrée est gratuite mais une réservation est obligatoire. — Cliquer ICI pour réserver.

      haut de la page