Skip to main content

Exécution du journaliste américain James Foley

Published on 20 août 2014
Déclaration de la Présidence et du Ministre des Affaires étrangères et du Développement international

- Communiqué de la Présidence de la République
Paris, 20 août 2014

Le Président de la République condamne avec la plus grande fermeté l’exécution barbare du journaliste James FOLEY, enlevé en Syrie fin 2012 par les djihadistes de l’Etat islamique.

Cette organisation terroriste met en cause toutes les libertés dont celle de la presse. Elle ne défend que l’horreur et le fanatisme.

Le Chef de l’Etat exprime toute sa solidarité à la famille et aux proches de ce grand reporter, qui a exercé son métier d’information avec courage, au péril de sa vie.

 

- Déclaration de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international
Paris, 20 août 2014

C’est avec indignation que j’ai appris l’exécution du journaliste américain James Foley, enlevé en Syrie par l’« Etat islamique ».

S’il était confirmé, cet assassinat ignoble confirmerait le vrai visage de ce « califat de la barbarie ». Il appelle la condamnation la plus ferme de la communauté internationale et renforce notre détermination à lutter contre l’ « Etat islamique » conformément à la résolution 2170 du conseil de sécurité des Nations unies.

En ce moment si douloureux, nos pensées vont aux proches du journaliste, grand professionnel, unanimement estimé en France, et en particulier à sa mère Diane Foley que nous avions reçue en avril dernier au Quai d’Orsay.

Plus que jamais, la France est engagée en faveur du droit des journalistes à travailler en toute sécurité. Aucune forme d’impunité ne saurait exister pour les auteurs de ces actes barbares.

      haut de la page