Skip to main content

Réactions des autorités françaises suite aux révélations d’écoutes de la N.S.A.

Published on 25 juin 2015
Communiqués et déclarations des autorités françaises (24 juin 2015)

Communiqué de la Présidence de la République - Paris, 24 juin 2015

Le Conseil de Défense réuni ce jour a examiné la nature des informations diffusées hier soir par la presse, portant sur la période 2006-2012 et qui concernent le comportement de la NSA.

Il s’agit de faits inacceptables qui ont déjà donné lieu à des mises au point entre les Etats-Unis et la France, notamment fin 2013 au moment des premières révélations et lors de la visite d’Etat du Président de la République aux Etats-Unis en février 2014.

Des engagements avaient été pris par les autorités américaines. Ils doivent être rappelés et strictement respectés.

La France, qui a encore renforcé son dispositif de contrôle et de protection, ne tolèrera aucun agissement mettant en cause sa sécurité et la protection de ses intérêts.


Les Présidents Hollande et Obama évoquent la publication de documents de la N.S.A.

Communiqué de la Présidence de la République - Paris, 24 juin 2015

Le Président de la République a appelé le Président OBAMA cet après-midi, à propos des divulgations des fiches de la NSA dans la presse française sur des écoutes effectuées entre 2006 et 2012.

L’échange a été l’occasion d’une mise au point sur les principes qui doivent gouverner les relations entre alliés en matière de renseignement.

Le Président OBAMA a réitéré sans ambiguïté son engagement ferme, intervenu en novembre 2013 après l’affaire Snowden, et déjà rappelé lors de la visite d’Etat de février 2014, d’en terminer avec les pratiques qui ont pu avoir lieu dans le passé et qui étaient inacceptables entre alliés.

Des responsables français du renseignement se rendront très prochainement à Washington pour approfondir la coopération.


Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international - Paris, 24 juin 2015

J’ai convoqué l’ambassadrice des États-Unis en France pour lui dire ceci : les révélations qui ont été faites, publiées dans les journaux, montrent des pratiques inacceptables. Il est inacceptable que trois présidents de la République, M. Jacques Chirac, M. Nicolas Sarkozy, M. François Hollande, aient été écoutés y compris dans leurs conversations privées. Ceci est inacceptable venant en plus d’un pays allié et ami comme les États-Unis.

Le président de la République a réuni ce matin un Conseil de défense, le Premier ministre s’est exprimé à l’Assemblée nationale, le président a eu le président Obama au téléphone et moi, j’ai convoqué l’ambassadrice pour lui dire trois choses.

Un, que c’était inacceptable ; deux, que nous voulions savoir si ces pratiques avaient cessé ; trois, que cette cessation des pratiques ne devait pas s’appliquer seulement au président de la République mais beaucoup plus largement, car autant on comprend qu’il puisse y avoir des écoutes en ce qui concerne les terroristes, autant cela n’a rien à voir avec l’écoute de dirigeants alliés et amis. Et j’ai demandé à l’ambassadrice de bien vouloir rapidement nous apporter des réponses.

      haut de la page