Skip to main content

Festival Albertine 2016 à New York, du 2 au 6 novembre

Published on 1er novembre 2016
Organisé par la librairie Albertine, lieu d’échanges et de débats situé au sein des services culturels de l’ambassade de France, le festival explorera, durant 5 jours, les enjeux de l’identité et de la diversité aux États-Unis et en France.

New York, 3 Octobre 2016 – Ta-Nehisi Coates, journaliste et auteur, lauréat du National Book Award 2015 pour son œuvre Between the World and Me, traduite en français sous le titre Une colère noire - Lettre à mon fils, est le commissaire de la troisième édition du festival de la librairie Albertine Books. Celui-ci rassemblera artistes et intellectuels, français et américains, pour interroger la construction de nos identités sociales, culturelles ou nationales, et le rôle qu’elles jouent aujourd’hui en France et aux États-Unis.

Les participants discuteront, cinq jours durant, des évolutions politiques des deux pays dans un contexte de montée des extrémismes et dans le sillage de mouvements militants tels que Black Lives Matter aux Etats Unis et Nuit Debout en France ainsi que les défis auxquels les deux pays font face en matière de représentation des minorités, et la manière dont ces thèmes traversent les champs artistiques de part et d’autre de l’Atlantique.

Toutes les discussions seront diffusées en direct sur livestream.com/frenchembassy

Présenté par les Services culturels de l’Ambassade de France et la librairie Albertine, le Festival Albertine aura lieu du 2 au 6 novembre prochain. Tous gratuits, les évènements auront lieu dans les locaux des Services culturels de l’Ambassade de France à New York (972 Fifth Avenue). Le nombre de places assises est limité et ne pourra faire l’objet de réservation préalable. Afin de rendre l’évènement accessible à tous aux États-Unis et en France, les conversations seront retransmises en direct sur le site livesteam.com/frenchembassy. Les organisations souhaitant proposer une retransmission publique des débats sont priées de contacter les Services culturels de l’Ambassade de France.

De retour d’un séjour d’un an à Paris, Ta-Nehisi Coates s’est inspiré pour le festival des notions développées par l’écrivain new yorkais James Baldwin, dans ses mémoires intitulés No name in the street, 1972 (traduit en français sous le titre Chassés de la Lumière), dans lesquels l’écrivain évoque la nature contingente de l’identité au sein d’un pays, et de la France en particulier. Pour Ta-Nehisi Coates, “Baldwin effectuait par là une comparaison avec sa propre situation de noir Américain. Il va même plus loin postulant que ces assignations identitaires dépendent d’un contexte précis : les mots "noir", “Arabe”, “Musulman”, “Américain” et “Français” ne sont pas immuables mais plutôt des catégories qui perdent de leur sens lorsqu’elles sont examinées hors de leur contexte historique précis.

Ta-Nehisi Coates a choisi d’examiner cette question à travers le prisme de l’art, de la danse, de la musique, de la littérature du cinéma et des arts visuels car “ces questions sur l’identité ont été maintes fois explorées par les experts, qu’ils soient sociologues ou politologues. Mais l’art lui, nourrit l’imagination et révèle un monde de possibilités. C’est l’art qui défie et remet en question nos marqueurs sociaux pour nous ramener finalement à notre humanité commune".

De multiples disciplines représentées

Le festival Albertine 2016 réunit des artistes de toutes disciplines, dont les travaux portent plus particulièrement sur les questions relatives à l’identité et à la diversité. Parmi les participants français figurent le danseur et chorégraphe Benjamin Millepied ; l’illustratrice et auteur de bande dessinée Catherine Meurisse (La Légèreté) l’historien Pap Ndiaye (La condition noire, Histoire de Chicago) ; l’acteur, producteur, cinéaste et écrivain Rabah Ameur-Zaïmeche (Dernier maquis et Histoire de Judas) ; la sociologue et anthropologue Nacira Guénif-Souilamas (La République mise à nu par son immigration) ; les écrivains Scholastique Mukasonga (Inyenzi ou les Cafards, La Femme aux pied-nus), Zahia Rhamani (France : Récit d’une enfance), l’historien Benjamin Stora ; l’écrivain Charles Robinson ; l’acteur et auteur-compositeur D’ de Kabal ; la journaliste Iris Deroeux ; Claire Diao, journaliste spécialiste du cinéma ; l’auteur et professeur Laurent Dubois (The Banjo : America’s African Instrument ) ; la professeure Maboula Soumahoro (Sur la question noire aux États-Unis (1935-1948) ; le photographe Denis Darzacq. À cette sélection de personnalités influentes, Coates a associé plusieurs sommités américaines telles que Jelani Cobb, journaliste du New Yorker ; l’artiste Kehinde Wiley ; David Simon, producteur et créateur de séries télévisées (The Wire et Treme) ; Kelly Sue Deconnick , auteur de bandes dessinées (Bitch Planet) ; Thelma Golden, directrice et curatrice-en-chef du Studio Museum Harlem ; Chris Jackson, éditeur chez Penguin Random House, Darryl Pinckney, auteur (Black Deutschland), dramaturge, et essayiste ; Kamilah Forbes, metteur en scène et productrice délégué à l’Apollo Theater ; Claudia Rankine, poète et écrivaine (Citizen) ; l’écrivaine Jacqueline Woodson (Brown Girl Dreaming, Another Brooklyn) ; Adam Shatz, journaliste ; Jennifer Homans, auteure et directrice du Center for Ballet and the arts at New York University ; Virginia Johnson, directeur artistique du Dance Theater of Harlem ; Thomas J. Lax, commissaire associé, Museum of Modern Art, New York ; et Nina Shaw, avocate spécialisée dans l’industrie du spectacle.

Le programme

When Will France Have Its Barack Obama ?
Participants : Jelani Cobb, Iris Deroeux, Pap Ndiaye et Benjamin Stora
Modérateur : Ta-Nehisi Coates
Mercredi 2 novembre-19h30

L’élection de Barack Obama en 2008 a été perçue comme l’avènement d’une Amérique “post-raciale” assumant sa diversité et redéfinissant son identité. Au terme de son deuxième mandat, les questions liées à l’identité, aux valeurs communes, et à l’intégration des minorités sont plus que jamais au cœur du débat politique américain. Revenant sur l’histoire singulière des deux pays, les journalistes Iris Deroeux et Jelani Cobb et les historiens Pap Ndiaye et Benjamin Stora discuteront des enjeux entourant la représentation des minorités. Ils reviendront sur le défi que posent ces questions dans les démocraties contemporaines. Ils évoqueront la manière dont se construisent nos identités en France et aux États-Unis et tâcheront d’expliquer ce qui a permis l’accession de Barack Obama à la fonction présidentielle, et s’interrogeront sur les conditions d’une évolution similaire en France.

From the Margins to the Mainstream : High Art vs. Low Art in France and the U.S.
Participants : Kelly Sue Deconnick, D’ de Kabal, Catherine Meurisse et David Simon
Modérateur : Ta-Nehisi Coates
Jeudi 3 novembre-19h30

Au cours des vingt dernières années, la télévision a progressivement échappé à son statut de simple divertissement pour acquérir ses lettres de noblesse. Mais, si les adaptations filmées de bandes dessinées font dorénavant recette, le roman graphique peine, aux États-Unis, à dépasser son image de média réservé à un public adolescent. Dans une conversation modérée par Ta-Nehisi Coates, le producteur David Simon (The Wire), les auteurs de bande dessinée Kelly Sue Deconnick (Captain Marvel) et Catherine Meurisse (La Légèreté), ainsi que l’auteur-compositeur D’ de Kabal (Chants Barbares) examineront les raisons et la manière dont certaines formes d’art, de la télévision à la bande dessinée en passant par le rap et le slam, passent d’un statut d’art dit mineur à celui d’un art reconnu. Ils discuteront également des différences de statut dont ces formes d’art font l’objet en France et aux États-Unis.

Blacklisted : From Hollywood to Paris
Participants : Rabah Ameur-Zaïmeche, Claire Diao, et Nina Shaw
Moderateur : Kamilah Forbes
Vendredi 4 novembre-19h30

Hollywood a longtemps été critiqué pour avoir insuffisamment représenté les cinéastes, acteurs et professionnels dans leur diversité. Suite à la polémique #OscarsSoWhite, plusieurs initiatives tentant de corriger le problème ont vu le jour. Comment l’industrie cinématographique et les institutions françaises qui sont reconnues depuis longtemps pour leur soutien aux cinémas du monde, font-elles face aux enjeux de la diversité de la France contemporaine ? Les panélistes Rabah Ameur-Zaïmeche, Claire Diao et Nina Shaw examineront comment l’histoire complexe de la France et des Etats Unis ont eu une influence sur leur industrie cinématographique.

Europe and America in the Black Literary Imagination
Participants : Laurent Dubois, Scholastique Mukasonga, et Darryl Pinckney
Modérateur : Chris Jackson
Samedi 5 novembre-17h

Le panel s’attachera à examiner la manière dont les écrivains noirs des deux côtés de l’Atlantique perçoivent l’autre pays et sa culture. La France constitue-t-elle un refuge ? L’Amérique est-elle le pays de la liberté d’expression et de toutes les possibilités ? Au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, des figures parmi les plus emblématiques de la littérature afro-américaines tels que Richard Wright, James Baldwin et Chester Himes se sont installées à Paris. Les auteurs français, de leur côté, expriment régulièrement leur fascination pour les États-Unis et en particulier New York. Cet attrait partagé a nourri de nombreux écrits, influençant tant le style que les récits, mais quelle est la part de réalité et de mirage de ce lien ? Une relation profonde peut-elle être construite ou ne s’agit-il que d’une vision idéalisée pour échapper à une réalité oppressante ? Laurent Dubois, Darryl Pinckney, et Scholastique Mukasonga discuteront de cette fascination mutuelle et son impact sur leur travail et sur la littérature d’une manière générale.

Art, Race & Representation
Participants : Denis Darzacq, Kehinde Wiley, Thomas J. Lax et Nacira Guénif-Souilamas
Modérateur : Thelma Golden
Samedi 5 novembre-19h30

Dans cette période de troubles politiques, la France comme les États-Unis sont aujourd’hui confrontés aux questions raciales, chacun à partir de son propre contexte, de sa propre histoire. Dans chacun de ces deux pays, les artistes contemporains questionnent l’absence ou l’invisibilité des minorités, explorent de nouveaux modes de représentations et revisitent les relations entre le centre et ses marges, les dominants et les dominés. Leur processus créatif et leurs œuvres jouent un rôle catalyseur pour appeler au changement et à l’action politique. Dans un débat modéré par Thelma Golden, les artistes Denis Darzacq et Kehinde Wiley, le commissaire Thomas J. Lax et la sociologue Nacira Guénif-Souilamas exploreront les questions raciales et les modes de représentation dans l’art contemporain aujourd’hui.

Every Name in the Street
Participants : Charles Robinson, Zahia Rahmani, Claudia Rankine, et Jacqueline Woodson
Modérateur : Adam Shatz
Dimanche 6 novembre-15h

Considérant le langage comme terrain de luttes politiques et comme le reflet des constructions sociales qui encadrent notre perception du monde, les panelistes exploreront la façon dont la littérature traite le thème de l’identité. Dans un environnement marqué par la montée des extrémismes politiques et des mouvements de contestation tels que Black Live Matter aux États-Unis et Nuit Debout en France, les auteurs s’intéresseront aux zones d’interaction entre ces notions d’identité, de langage et politique. Quel rôle joue la littérature dans la remise en cause de nos idées préconçues et dans notre capacité à réinventer le monde ?

Race, Equity, and Otherness in Ballet and Society
Participants : Virginia Johnson et Benjamin Millepied
Moderateur : Jennifer Homans
Dimanche 6 Novembre -17h30

Présenté en partenariat avec le Center for Ballet and the Arts à New York University, ce panel bénéficie du soutien de Michele et Timothy Barakett, et Cheryl et Blair Effron.

Il a récemment été reproché aux compagnies de ballet de perpétuer une tradition en décalage avec nos sociétés modernes en matière de diversité, d’égalité et de justice sociale. En France, Benjamin Millepied s’est engagé dans la lutte contre les stéréotypes culturels présents dans le monde du ballet. Aux États-Unis, la révélation de la danseuse Misty Copeland, première étoile féminine noire à l’American Ballet Théâtre, a contribué à placer ces questions au centre du débat actuel. Mais à côté de quelques initiatives isolées, on constate encore la prédominance de coutumes discriminantes. Le Ballet est porté, en France et aux Etats Unis, par une longue tradition, qui, paradoxalement, trouve parmi ses plus grand soutien ceux qui auraient le plus à gagner à la réévaluer. Virginia Johnson, Benjamin Millepied, et Jennifer Homans discuteront de la signification des concepts de race, d’équité et de rapport à l’autre dans ce contexte.

A propos de Ta-Nehisi

Ta-Nehisi Coates est un écrivain et journaliste. Il est le correspondant national du journal The Atlantic, pour lequel il écrit sur des sujets culturels, sociaux, et politiques, et notamment sur les questions relatives à la condition afro-américaine. En 2008, il a publié ses mémoires sous le titre The Beautiful Struggle : A Father, Two Sons, and an Unlikely Road to Manhood. Son second livre, Between the World and Me, a été publié en juillet 2015 et a reçu le National Book Award dans la catégorie non-fiction. Il revient d’un séjour d’un an à Paris.

A propos du Festival Albertine

Inauguré en 2014 dans la librairie Albertine alors nouvellement ouverte, le Festival est rapidement devenu un événement majeur en matière d’échanges intellectuels franco-américains. Au cours de ses deux premières années, le festival a abordé des sujets aussi variés que le féminisme, l’avenir du journalisme ou la lutte contre le changement climatique. Greil Marcus, auteur, journaliste et critique, a été le commissaire de la première édition du festival en 2014, auquel ont participé Matthew Weiner, créateur de Mad Men, l’économiste et prix nobel Joseph Stiglitz, le cinéaste Olivier Assayas, le mathématicien et prix nobel John Nash, l’auteur Mary Gaitskill, l’auteur de bande dessinée Marjane Satrapi, et le mathématicien primé de la médaille Fields Cédric Villani. En 2015, Judith Thurman, titulaire d’un National Book Award, RoseLee Goldberg, fondatrice et directrice de Perfoma, le journaliste Adam Gopnik, le romancier éthiopien-américain Dinaw Mengestu, et le rédacteur artistique du New Yorker Françoise Mouly ont été invités à contribuer élaborer la programmation de la seconde édition du festival. L’édition 2015 a compté parmi ses participants David Remnick, rédacteur du New Yorker, l’auteur de bande dessinée Phoebe Gloeckner, l’auteur et critique Margo Jefferson, gagnante du Pulitzer Prize, et l’auteur Katie Roiphe, et d’autres voix françaises dont le directeur cinématographique mauritanien Abderrahmane Sissako, le romancier Algérien Kamel Daoud, ainsi que le dessinateur humoristique et directeur cinématographique Riad Sattouf. Partagez votre expérience sur Facebook, Twitter et Instagram, #FestivalAlbertine.

      haut de la page