Skip to main content

Hollande : "Prendre toutes les initiatives pour que nous puissions relancer le processus de transition politique en Syrie"

Published on 7 avril 2017
Déclarations et communiqués du président de la République française suite aux frappes américaines en Syrie (7 avril 2017).

Communiqué conjoint du Président de la République François Hollande et de la Chancelière allemande Angela Merkel

Paris, le 7 avril 2017

Le Président et la Chancelière allemande se sont entretenus au téléphone ce matin sur la situation en Syrie.

A la suite du massacre chimique perpétré le 4 avril à Khan Cheikhoun dans le nord-ouest de la Syrie, une installation militaire du régime syrien utilisée pour des bombardements chimiques a été détruite cette nuit par des frappes américaines. Nous en avons été préalablement informés.

Assad porte l’entière responsabilité de ce développement. Son recours continu aux armes chimiques et aux crimes de masse ne peut en effet rester impuni. C’est ce que la France avait demandé à l’été 2013 au lendemain de l’attaque chimique de la Ghouta.

La France et l’Allemagne poursuivront donc leurs efforts avec leurs partenaires dans le cadre des Nations Unies pour sanctionner de la manière la plus appropriée les actes criminels liés à l’utilisation des armes chimiques interdites par tous les traités.

Nous appelons la communauté internationale à se rassembler en faveur d’une transition politique en Syrie, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité et au communiqué de Genève.

Déclaration à la presse du Président de la république, François Hollande

Annonay, le 7 avril 2017

Le régime de Bachar el-ASSAD a utilisé des armes chimiques. Ce n’est pas la première fois, en août 2013 il avait déjà gazé sa population. J’avais alors demandé qu’une réaction puisse se faire et qu’une opération puisse être diligentée avec les Etats-Unis.

Aujourd’hui, il y a eu de nouveau une utilisation des armes chimiques. Après nous avoir informés, les Américains ont décidé de frapper un certain nombre d’installations en Syrie. Je considère que cette opération était une réponse. Elle doit maintenant être poursuivie au niveau international dans le cadre des Nations unies, si cela est possible, de façon à ce que nous puissions aller jusqu’au bout des sanctions contre Bachar el-ASSAD et empêcher qu’il y ait de nouveau utilisation des armes chimiques et écrasement par ce régime de son propre peuple.

Il y a aujourd’hui, à cause de ce drame, à cause de cette situation, une possibilité d’ouvrir des négociations et de permettre une transition politique en Syrie. Voilà pourquoi la France va avec ses partenaires, notamment européens, et je me suis entretenu avec la Chancelière MERKEL, prendre toutes les initiatives pour que nous puissions relancer le processus de transition politique en Syrie.

Je réunirai ce soir à 19 heures un conseil de Défense pour voir comment la France peut prolonger cette initiative.

Merci.

      haut de la page