Skip to main content

Jean-Marc Ayrault : « J’appelle la communauté internationale à faire face à ses responsabilités en Syrie. »

Published on 14 avril 2017
Communiqués et déclarations des autorités françaises à la suite du nouveau veto de la Russie à une résolution de l’ONU sur la Syrie.

Communiqué de la Présidence de la République

Paris, 12 avril 2017

La Russie a choisi de mettre une nouvelle fois son veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie. Ce projet visait à permettre une enquête rapide et approfondie de l’OIAC et des Nations Unies pour établir les responsabilités des attaques chimiques du 4 avril dans la province d’Idlib. La France n’avait ménagé aucun effort, y compris vis-à-vis de la Russie, pour réunir un consensus sur ce texte. C’est la huitième fois que la Russie choisit de s’opposer ainsi à la majorité du Conseil.

La Russie prend une lourde responsabilité en s’opposant systématiquement, pour protéger son allié Assad, à un traitement multilatéral du dossier syrien. Seul le rassemblement de la communauté internationale en faveur d’une transition politique en Syrie permettra à ce pays martyr de retrouver la paix, la stabilité et la souveraineté. La France continuera à se mobiliser en ce sens.

Déclaration de Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Paris, 12 avril 2017

Avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, la France a présenté au conseil de sécurité des Nations unies une résolution visant à marquer le soutien de la communauté internationale à l’enquête sur les circonstances de l’attaque chimique perpétrée le 4 avril à Khan Cheikhoune et à en identifier les auteurs.

En dépit du caractère inacceptable de cette attaque, la Russie a opposé son veto à cette résolution. Cette décision est incompréhensible et injustifiable. Elle offre au régime syrien une caution dans son obstination meurtrière et prolonge le martyre de la population syrienne.

Ce nouvel épisode ne fait que renforcer la détermination de la France à faire toute la lumière sur la barbarie du régime de Bachar Al Assad dont le peuple syrien est la première victime. La France est également résolue à préserver le régime d’interdiction des armes chimiques, ainsi que les mécanismes internationaux destinés à le mettre en œuvre.

J’appelle la communauté internationale à faire face à ses responsabilités et à prendre les décisions qui s’imposent pour mettre un terme, à travers une solution politique, à la tragédie syrienne. Pour sa part, la France ne se résignera pas.

      haut de la page