Skip to main content

Coopération et actions culturelles et scientifiques

Last updated on 28 mai 2013

Nos liens avec les Etats-Unis, partenaire global et premier partenaire scientifique de la France, se concentrent sur les échanges culturels, universitaires et scientifiques, auxquels concourt l’ensemble de notre dispositif de recherche.

Le recours aux cofinancements est systématique : un instrument dédié, la fondation « French American Cultural Exchange (FACE) », a été créé pour recueillir le mécénat.

Nos interventions se déclinent selon quatre axes essentiels :

1/ Encourager la mobilité étudiante vers la France et accompagner la politique d’internationalisation de notre recherche

La coopération universitaire et la mobilité étudiante vers la France figurent au cœur de l’activité de l’Ambassade. Cette approche irrigue l’ensemble des actions culturelles, éducatives ou encore en matière d’échanges intellectuels.

Avec plus de 800 accords interuniversitaires en vigueur et 17000 étudiants américains accueillis chaque année, la France est la 4e destination des étudiants américains . CampusFrance USA (http://www.usa.campusfrance.org/en/) les informe des perspectives d’études supérieures en France et les accompagne dans l’élaboration de leur projet.

La mobilité américaine vers la France est encouragée et soutenue par les bourses d’excellence Chateaubriand qui permettent à des doctorants américains de séjourner de 4 à 9 mois en France pour y mener leurs recherches (en 2013, 15 lauréats en sciences humaines et sociales et 40 en sciences). Le programme de bourses de voyage Benjamin Franklin créé en 2013 a permis à une vingtaine d’étudiants « undergraduate » inscrits en double majors dont une de français d’effectuer un séjour en France. Le réseau des Centres d’Excellence permet quant à lui d’assurer une présence culturelle et scientifique française sur 19 campus universitaires de premier plan.

Les Etats-Unis sont notre premier partenaire scientifique : plus du quart des co-publications internationales françaises (11000), huit unités mixtes de recherche internationale (UMI) franco-américaines, 7 laboratoires internationaux associés (LIA) ainsi que de nombreux accords inter-organismes (accord de collaboration scientifique signé en 2005 entre le CNRS et le Department of Energy américain).

L’action de l’Ambassade de France s’articule autour de partenariats-phares au croisement de la coopération universitaire et scientifique, adaptés au contexte américain qui se caractérise par un système d’enseignement supérieur décentralisé :

- Le Partner University Fund (PUF) : 71 projets financés depuis sa création en 2007 (diplômes conjoints, projets de recherche et séminaires conjoints, mobilité étudiante, professorale et de chercheurs),
- Depuis 2002, le programme Alliance anime un consortium entre trois établissements français (l’Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne, l’Ecole Polytechnique et Sciences-Po Paris) et l’université américaine Columbia.
- Lancement en 2013 du programme Ignite de la Stanford Graduate School of Business en France, en partenariat avec l’Ecole Polytechnique.
- Les quatre fonds communs franco-américains créés depuis les années 90, avec Berkeley, Stanford, Chicago et du Massachusetts Institute of Technology (MIT) : 15 à 25 projets scientifiques ou didactiques bilatéraux chaque année.
- Le Lafayette Debate Program en partenariat avec des associations de débats universitaires aux Etats-Unis qui sert la promotion du dialogue et des relations entre les Etats-Unis et la France en proposant un tournoi de débats sur des questions d’intérêts communs.

Enfin, le plus important contingent d’assistants de langue anglaise en France est celui des 1130 étudiants américains sélectionnés chaque année par le poste dans le cadre du programme d’assistants étrangers du ministère de l’Éducation nationale.

Ces dispositifs se complètent par :

- La publication d’un bulletin de veille scientifique, universitaire et technologique.
- La publication de la Newsletter US Academic News sur l’actualité universitaire aux Etats-Unis.
- La mise en œuvre de projets tournés vers l’innovation et le transfert de technologie (exemple : « Young Entrepreneur Initiative », « New Technology Venture Accelerator »).

2/ Promouvoir la France créative dans les secteurs des industries culturelles et numériques, artistique et littéraire :

Le service culturel de l’Ambassade promeut et accompagne les industries culturelles et créatives françaises aux Etats-Unis (livre, audiovisuel, design, architecture, musiques actuelles). Il propose des actions innovantes visant à développer les relations d’affaires et les coopérations entre la France et les Etats-Unis dans le domaine de l’économie culturelle numérique (jeu vidéo, médias numériques, livre, musique, plates-formes collaboratives, etc.), entre acteurs de plusieurs types : lieux de formation et de recherche, incubateurs, producteurs de contenus culturels numériques. Il favorise la participation des acteurs aux rendez-vous et salons et conseille les acteurs du numérique français et américains dans le développement de leurs stratégies et contacts bilatéraux. Il organise enfin des rencontres, débats, événements sur des thématiques prospectives afin de renforcer l’échange d’expertise à haut niveau. Le service culturel coordonnera ainsi une importante opération française lors de la prochaine édition de South by Southwest 2014 (partenaires : Cap Digital, Ubifrance, Invest in France, Conseil National du Numérique, Bonjour SXSW).

Dans les domaines des arts visuels (arts plastiques, architecture et design) et du spectacle vivant (danse et théâtre), le Département des Echanges Artistiques a développé depuis de longues années des outils permettant de répondre aux partenaires américains souhaitant programmer des artistes basés en France. Aussi bien via des fonds franco-américains spécifiques (tels que FUSED en danse, FACT en théâtre et ETANT DONNES en arts visuels, en partenariat avec la fondation FACE) que par l’intermédiaire de voyages de recherche individuels et sur mesure à destination des professionnels américains pour favoriser leur connaissance de la scène artistique en France. Depuis quelques années un travail spécifique de création et de production de projets d’envergure à forte visibilité a été initié. Ces outils ont pour but de fédérer de nombreux partenaires (privés, publics, institutionnels, individuels, français et américains, mais aussi d’autres nationalités) autour de sujets qui animent la scène internationale, et de confronter leurs points de vue via une partie événementielle, mais aussi et surtout via une collection d’écrits théoriques en anglais qui met en avant l’Art comme levier de compréhension de notre monde contemporain, sans frontière ni préjugés (www.lespressesdureel.com/NYSeries).

Le bureau du livre œuvre à la promotion aux Etats-Unis des livres français et francophones (littérature, sciences humaines et sociales, bande dessinée, livres pour enfants). D’une part, il favorise la traduction en anglais, à travers trois programmes de bourses et de prix, un travail d’information des professionnels, l’organisation de rencontres entre acteurs de la chaîne du livre et la traduction d’extraits de textes inédits en anglais. D’autre part, il soutient la diffusion des livres traduits à travers l’invitation d’auteurs français (festivals, universités, librairies, bibliothèques, etc.), mais aussi les réseaux sociaux (newsletters, publication d’articles transversaux sur le web, Facebook, Twitter) et un nouveau programme de soutien aux librairies américaines. La librairie française qui ouvrira au 972 Fifth Avenue sera à ce titre un outil majeur pour renforcer notre action d’incitation à la traduction et de diffusion des ouvrages parus chez les éditeurs américains.

Le Département Film, TV et nouveaux médias soutient dans tout le pays la diffusion des productions audiovisuelles et cinématographiques, de la création transmedia, de nouveaux contenus numériques français ou coproduits avec la France (notamment par les nouveaux moyens de diffusion (VOD, IPTV, téléphone portable). Il coordonne la circulation de séries de films dans les cinémathèques, les institutions culturelles et universitaires et organise chaque été un festival de films dans les parcs de New York (Films on the Green). A travers le programme « Tournées », il soutient l’organisation de festivals de cinéma français et francophone dans les universités. Le Département assure également la promotion et l’accompagnement des médias francophones dans leur stratégie américaine (TV5, France 24, RFI…).

Grâce à l’action du bureau-export enfin, la musique française – de la musique classique à la « French Touch »- a su trouver un public aux Etats-Unis. Que ce soit dans les genres Jazz, électro, musiques du monde ou pop rock, les artistes français sont souvent en tournée aux Etats-Unis (plus de 1300 concerts en 2013).

3/ La langue française est la seconde langue étrangère enseignée dans le milieu scolaire américain (1,2 millions d’apprenants) et à l’Université (216 000 apprenants), loin derrière l’espagnol qui jouit de plus en plus d’un statut de langue seconde aux États-Unis. L’enseignement du français repose aussi sur le réseau des 44 établissements à programmes français homologués (scolarisant 16 000 élèves) et celui des 111 Alliances françaises (dont 70 ont une activité enseignante pour 26 000 apprenants). La présence de communautés françaises et francophones, historiques ou d’immigration récente, est un facteur favorable au développement du français, d’une part comme langue d’héritage, d’autre part dans le cadre d’un enseignement bilingue. C’est le cas, par exemple, à New York où, en six ans, des programmes bilingues français-anglais ont ouvert dans huit écoles publiques, servant plus de 1,200 élèves dont un tiers de Français. C’est aussi le cas en Utah où le département de l’éducation a lancé depuis cinq ans un programme ambitieux qui a abouti à la création de 14 écoles bilingues francophones, et bientôt d’un collège, accueillant plus de 3000 enfants. Ce programme fait boule de neige dans plusieurs états qui s’inspirent de ce modèle d’enseignement qui vise l’excellence. Sans oublier enfin la Louisiane où le programme CODOFIL s’adresse à plus de 37 000 élèves.

La coopération éducative franco-américaine s’appuie sur une vingtaine d’accords de partenariat signés entre des États et des académies françaises qui facilitent des échanges d’élèves et de professeurs. Les autres leviers d’action concourant à la promotion du français sont la diversification de l’offre de formation continue des enseignants, l’implantation des certifications françaises reconnues sur le plan international comme le DELF et le DALF, la conception de cours spécifiques de français à destination des élèves ou étudiants hispanophones, la recherche de nouveaux publics pour les Départements de français des universités, l‘appui au programmes de mobilité d’étudiants américains assistants de langue anglaise en France et d’étudiants français accueillis comme assistants de langue dans des établissements scolaires ou universitaires des Etats-Unis.

4/ Favoriser l’émergence voire la consolidation d’une société civile transatlantique

La Mission des Relations avec la Société Civile facilite les partenariats entre Organisations de Solidarité Internationales (OSI) et Civil Society Organizations (CSOs) d’une part, entre acteurs des secteurs de la philanthropie des deux pays d’autre part, et enfin, favorise la visibilité aux États-Unis d’acteurs du développement français.

Au regard de ses objectifs, la MRSC :
- organise, avec des partenaires, des conférences thématiques et cofinance des micro-projets sélectionnés par un comité franco-américain ;
- participe aux différents comités de liaison avec la société civile mis en place par le Département d’Etat et/ou les agences gouvernementales américaines et/ou des institutions comme l’ONU et la Banque Mondiale ;
- partage les informations par l’édition de rapports thématiques (Fondations et Agences gouvernementales américaines actives en Afrique, Fondations américaines finançant des OSI françaises, Fondations américaines environnementales).

La MRSC est également au service de la Direction Générale de la Mondialisation par la mise à disposition d’informations sur les débats en cours aux États-Unis sur les grands sujets liés au développement ou la préparation de conférences internationales.

Pour des informations complètes sur les actions implémentées par la Mission des Relations avec la Société Civile, on pourra se reporter aux pages :http://fr.franceintheus.org/spip.php?rubrique345

      haut de la page