Skip to main content

« Nous sommes aux côtés de la population birmane, qui aspire à un avenir démocratique. »

Published on 3 février 2021
Lire la version
Déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères du G7 (3 février 2021)

Nous, ministres des Affaires étrangères de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni et le haut représentant de l’Union européenne, condamnons unanimement le coup d’État en Birmanie.

Nous sommes très préoccupés par l’arrestation de responsables politiques et de militants issus de la société civile, notamment de la Conseillère pour l’État, Mme Aung San Suu Kyi, et du Président, M. Win Myint, et par les attaques visant la presse. Nous appelons l’armée à mettre fin immédiatement à l’état d’urgence, à restituer le pouvoir au gouvernement élu démocratiquement, à libérer toutes les personnes détenues de façon injustifiée et à respecter les droits de l’Homme et l’État de droit. Les résultats des élections du mois de novembre doivent être respectés et le parlement doit pouvoir se réunir dès que possible.

Les restrictions imposées aux flux d’informations par l’armée sont extrêmement préoccupantes. La population civile, notamment la société civile et la presse, ne doit faire l’objet d’aucune forme de représailles. Nous demandons également un accès humanitaire sans restriction afin que les personnes les plus vulnérables puissent recevoir une assistance.

Les ministres des Affaires étrangères du G7 rappellent leur communiqué publié en 2019, dans lequel ils réaffirmaient leur attachement à la transition démocratique, à la paix et au principe de responsabilité pour les violations des droits de l’Homme et les abus en Birmanie.

Nous sommes aux côtés de la population birmane, qui aspire à un avenir démocratique.