Skip to main content

Afghanistan

Published on 3 avril 2009
Déclaration de Rama Yade, Secrétaire d’Etat chargée des Affaires étrangères et des droits de l’Homme.

Paris, le 3 avril 2009.

Je suis profondément choquée par les dispositions d’une loi récemment adoptée par le parlement afghan et qui rappelle les heures les plus sombres de l’histoire de l’Afghanistan. Cette loi comporte des dispositions particulièrement discriminatoires à l’encontre des femmes afghanes, comme celle qui leur dicte obéissance pour les rapports sexuels désirés par le mari, ou encore celle qui leur interdisent de quitter la maison sans la permission du mari.

Cette loi est un recul très grave des droits élémentaires des femmes. Elle est en contradiction flagrante avec la constitution afghane de 2004 qui garantit formellement l’égalité entre les hommes et les femmes. Elle risque également de ruiner les efforts menés aussi bien par les femmes afghanes elles-mêmes que par la communauté internationale pour assurer la dignité et l’émancipation des femmes. Je rappelle que le gouvernement afghan s’est engagé à respecter les textes internationaux en matière de droits de l’homme, notamment la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Que le Président Karzai ait accepté de signer la loi adoptée par le Parlement afghan est une source de vive inquiétude pour tous ceux et celles qui se battent au quotidien pour les femmes afghanes qui n’ont que trop souffert ces dernières années.

A l’occasion de ma visite en Afghanistan en septembre dernier, j’ai eu l’occasion de rappeler l’attachement constant de la France à la cause des femmes afghanes, et au respect de leurs droits. Cette mobilisation et cette vigilance sont plus que jamais nécessaires.

      haut de la page