Skip to main content

Strasbourg : Conférence de presse

Published on 3 avril 2009
Conférence de presse conjointe de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République et de M. Barack OBAMA, Président des Etats-Unis d’Amérique.

Strasbourg – Vendredi 3 avril 2009

M. LE PRESIDENT – Mesdames et Messieurs, nous nous excusons pour notre retard. Mon propos introductif sera très bref. Nous avons fait le point d’un certain nombre de dossiers : l’Afghanistan, l’OTAN, l’Iran, la Russie, le Moyen-Orient. Et je crois pouvoir dire, parlant sous le contrôle du Président des Etats-Unis, qu’il y a une parfaite identité de vue.

Mais puisque je prends la parole juste le lendemain du sommet du G20, je voudrais dire à Barack OBAMA combien j’ai été heureux de pouvoir travailler main dans la main avec lui, combien j’ai apprécié son ouverture d’esprit et la volonté qu’il a de construire un nouveau monde. Je peux dire que dans ce sommet, il n’y a pas eu de vainqueurs ou de perdants, il y a eu 20 dirigeants, dont bien sûr le dirigeant de la première puissance du monde, les Etats-Unis d’Amérique, qui ont pris leurs responsabilités. Cela laisse bien augurer des mois et des années qui viennent : on a un sacré travail à faire parce qu’il y a un sacré paquet de problèmes et, pour nous, c’est une raison d’optimisme que de pouvoir les régler avec une administration américaine qui a la volonté d’entendre ses amis et ses alliés et de résoudre les problèmes. Donc, Barack, bienvenue en France, merci et je me réjouis des semaines qui viennent parce qu’on va prendre beaucoup d’initiatives et le monde en a besoin.

M. BARACK OBAMA – Eh bien tout d’abord, je vous remercie pour cette extraordinaire vitalité et je suis emballé de pouvoir faire partie de ce qui est effectivement une véritable célébration. La France qui est le plus ancien allié des Etats-Unis, notre tout premier allié, encore une fois, c’est la France qui fait preuve d’un leadership extraordinaire au sein de l’OTAN grâce au leadership courageux du Président SARKOZY. Il est courageux sur tellement de fronts que c’est difficile de les énumérer en totalité. L’énergie qu’il apporte aux dossiers de politique étrangère est quelque chose dont nous avons tous profitée.

Je lui suis reconnaissant pour ce partenariat car sans son leadership, me semble-t-il, ce qui est issu du sommet n’aurait pas été aussi significatif que cela [...]

Téléchargez la transcription complète.

      haut de la page