Skip to main content

Charles Alexis de Tocqueville 1805-1859

Published on 10 août 2010
A la fois novatrices et pragmatiques, les institutions politiques de la jeune nation américaine séduisent les meilleurs esprits d’Europe. Parmi eux, un juriste français dont l’analyse pénétrante fait aujourd’hui encore autorité de part et d’autre de l’Atlantique. Charles Alexis Clérel, comte de Tocqueville, né en 1805, entame en 1827, à Versailles, une carrière de magistrat. Envoyé aux Etats-Unis en 1831 pour y enquêter sur le système pénitentiaire et son éventuelle adaptation aux prisons françaises, il étudie à loisir les institutions et les moeurs politiques de la jeune nation qui l’accueille. C’est le fruit de ces observations qu’il rassemble dans un ouvrage intitulé De la démocratie en Amérique, dont la première partie sera publiée entre 1835 et 1840. Le succès est immédiat, tant en France qu’en Angleterre où, devenu avocat, il a entre-temps poursuivi ses voyages et où il s’est marié. La finesse de l’analyse, la clairvoyance du commentaire font rapidement de son livre un classique qui est, aujourd’hui encore, considéré comme l’un des meilleurs traités sur le système politique américain. Tocqueville est ainsi l’un des premiers à dénoncer le risque de "dictature de la majorité" que porte en elle la démocratie et à insister sur le rôle de contre-pouvoirs que doivent jouer une presse libre et une justice indépendantes. Elu à l’Académie française, membre de l’opposition libérale et député de la Manche en 1841, il se fait le défenseur de la liberté de l’enseignement et du libre-échange. La révolution de 1848 le propulse député à l’Assemblée constituante. Plusieurs dispositions de la Constitution de la IIe République -L’élection du président au suffrage universel pour quatre ans, la séparation des pouvoirs- portent clairement sa marque et s’inspirent de l’exemple américain. Député à l’Assemblée législative de 1849 et ministre des Affaires étrangères, Tocqueville s’oppose au coup d’Etat du futur empereur Napoléon III et s’exile en Italie, puis en Allemagne. II mourra à Cannes en 1859.
      haut de la page