Skip to main content

Madame Roxane Sirotto, Chevalier dans l’Ordre national du mérite

Published on 18 mars 2014
Discours de l’Ambassadeur de France, François Delattre

New York, 14 mars 2014

Ma Chère Roxane, Chère Paulette, Cher Mario,

Monsieur le Consul Général, cher Bertrand, que je tiens à remercier personnellement pour son accueil chaleureux au Consulat,

Monsieur le Conseiller à l’AFE, Cher Richard,

Mesdames, Messieurs

Chers amis,

C’est un immense plaisir et un vrai privilège pour moi d’être avec vous tous ce soir dans ce lieu auquel je suis très attaché et surtout pour honorer quelqu’un qui m’est particulièrement cher.

Roxane Sirotto n’est pas seulement une grande professionnelle, professionnelle jusqu’au bout des ongles dans tout ce qu’elle fait et entreprend.

Elle n’est pas seulement l’une des personnalités les plus engagées, les plus influentes et les plus dévouées de la communauté française et franco-américaine de New York.

Roxane est réellement une femme d’exception, issue d’une famille elle-même exceptionnelle, et je voudrais saluer très chaleureusement sa mère Paulette et son père Mario qui sont aussi, pour moi, des amis très chers et qui sont aux cotés de Roxane. Un mot appuyé de bienvenue aux autres membres de la famille de Roxane qui sont avec nous ce soir, dont plusieurs sont venus spécialement de Paris pour l’occasion. J’ai rarement rencontré dans ma vie une famille aussi soudée, aussi généreuse et tournée vers les autres, une famille aussi solidement ancrée dans une conception si exigeante de l’éthique.

C’est à cette famille merveilleuse que je voudrais aussi rendre hommage ce soir, et en accord avec Roxane je laisserai à Richard Ortoli le soin de rappeler dans quelques instants les circonstances si belles et émouvantes dans lesquelles se sont connu Paulette et Mario et qui ont présidé aux premières années de Roxane. Vous êtes un bien bel exemple pour nous tous.

Here I would like to extend a warm welcome to our American friends who have joined us here tonight to express their support and admiration to Roxane Sirotto : This evening we honor one of the most prominent – and beloved – figures of the Franco-American community in New York and an exceptional individual, whose commitment to the service of our two great nations and to the French-American friendship is second to none.

May I say a very special word of welcome to the World War II veterans that we are so honored to have with us this evening. Your presence means a lot to all of us. You know how incredibly dedicated Roxane, Paulette and Mario are to you and your comrades-in-arms. On behalf of France, I want to tell you that we will never forget what we owe you and that you are our heroes forever.

I would also like to acknowledge our friends from Verizon and tell them how lucky they are to have on their team one of the greatest professionals and most talented individuals I know – our friend Roxane.

Let me say a few words about the very prestigious award that I will bestow upon Roxane Sirotto in a few minutes. The National Order of Merit is a state order awarded by the President of France. It was established in 1963 by President Charles de Gaulle to reward French and Foreign nationals for very distinguished achievements. It is one of France’s highest distinctions.

Chère Roxane, votre remarquable parcours est connu de beaucoup d’entre nous ici et je n’en rappellerai ce soir que les grands axes.

Dès votre plus jeune âge, et dans des conditions que rappellera Richard Ortoli, vous êtes une enfant et une élève exceptionnellement douée – je suis tenté de dire surdouée.

Vous êtes abonnée aux prix d’excellence et pour n’en prendre qu’un exemple vous remportez trois années de suite le premier prix de français – français langue maternelle – dans le cadre du Iona College.

Vous poursuivez par de très brillantes études à l’université de Columbia, d’où vous sortez diplômée trois fois, décrochant successivement un Bachelor of Art en sciences économiques au Barnard College, un Bachelor of Science puis un Master of Science en ingénierie électronique au Columbia School of Engineering and Applied Science. Vous avez dû côtoyer alors, sans le savoir, le Président Obama, qui est sortie de Columbia une année avant vous.

C’est sur le campus de Columbia que vous êtes recrutée par New York Telephone, devenu Verizon Communications, où vous effectuez un parcours magnifique et très complet.

Vous contribuez ce faisant au succès de cette société, devenue au fil de ses métamorphoses successives l’un des leaders mondiaux de la téléphonie mobile.

Vous poursuivez actuellement une carrière technico-financière de tout premier plan en tant que Senior Consultant in Financial Planning and Analysis au sein de Verizon Communications Corporate Finance. Vous êtes notamment spécialisée dans le développement et l’analyse du coût des services de données à très haut débit et à commutation optique allant jusqu’à 100 Giga-octets par seconde.

Forte de cette diversité intellectuelle et humaine que vous avez eu le privilège de côtoyer à Columbia, mais forte aussi de vos doubles racines françaises et américaines, vous ne vous contentez pas de réussir brillamment à Verizon. Femme de cœur, d’éthique et de conviction, vous vous engagez résolument au service des autres. C’est chez vous une seconde nature.

Vous avez ainsi à cœur, dès la fin de vos études, de faire vivre votre héritage francophone en exerçant à titre bénévole vos talents de journaliste et de photographe pour le compte de l’excellente revue, que nous connaissons tous, France-Amérique.

Depuis lors, la vie associative française et franco-américaine de New York est restée au centre de vos activités. Vous n’aurez de cesse par la suite de vous y investir toujours davantage : en tant que membre du Bureau du Stade Breton, à partir de 1985, puis comme membre du conseil d’administration du Club Normandie à partir de 1987 et du Cercle Artistique Français pendant de nombreuses années.

Depuis 25 ans, vous êtes une des chevilles ouvrières du réseau associatif français à New York grâce à cette énergie positive et bienveillante et à cet enthousiasme communicatif que vous insufflez partout et notamment au sein du Comité des associations françaises et de langue française, qui fédère plus de 70 associations. Vous en êtes depuis plus de vingt ans la vice-présidente dévouée et dynamique, sous les présidences successives de nos amis Jean-Jacques de Saint Adrieu, Richard Ortoli et actuellement Gérard Epelbaum.

Je suis heureux de leur exprimer ce soir, ainsi qu’à tous ceux qui travaillent ou ont travaillé avec le Comité, ma profonde reconnaissance.

Vous avez également repris la présidence des Ingénieurs et Scientifiques de France à New York, et comment ne pas évoquer, par ailleurs, votre passion pour la danse et pour le chant ? Je ne citerai que quelques exemples : votre implication très active dans l’organisation du bal du Quatorze Juillet, « fomenté » par le Comité des associations françaises, ou encore du prestigieux Bal des débutantes de la French American Aid for Children, dont vous êtes partie prenante depuis 7 ans maintenant, - et je suis heureux de saluer Marguerite Mangin et plusieurs autres acteurs importants de cette organisation - mais aussi votre engagement dans la chorale de l’aumônerie du Lycée Français et de la Paroisse.

Cette passion accompagne à merveille votre amour des costumes folkloriques français. Pour n’en prendre là aussi qu’une illustration parmi bien d’autres, vous êtes à l’initiative avec votre chère mère de la création en 2002 de l’association F.R.A.N.C.E, qui a précisément pour vocation de promouvoir cet héritage régional et historique de la manière la plus vivante possible.

Je me souviens que lors de la Steuben Parade (où en septembre dernier la communauté française marchait aux côtés de nos amis allemands en l’honneur du cinquantenaire du Traité de l’Elysée), vous avez défilé vous-même revêtue du costume du Limousin en compagnie d’une troupe de sept jeunes filles choisies spécialement pour la circonstance.

Dans le même esprit, et fidèle en cela à ce double héritage que vous revendiquez, vous avez eu l’idée extraordinaire avec votre mère d’acheminer depuis la Normandie jusqu’à New York, une Borne de la Voie de la Liberté, à l’occasion du 50e anniversaire de la libération de notre pays.

Expédiée par AirFrance, la Borne - plus de 300 kilos- qui se trouvait sur la route parcourue par les combattants américains d’Omaha Beach à Bastogne, a été transportée à Manhattan à l’aide d’une remorque géante escortée de deux vétérans des Harlem Hellfighters, régiment d’exception qui a combattu au sein des troupes françaises durant la première guerre mondiale et auquel un hommage a été rendu dans ces murs il y a tout juste quelques semaines.

Pour ceux qui souhaitent voir ce symbole de l’amitié franco-américaine, cette Borne est exposée depuis le 6 juin 1994 à l’Intrepid Sea Air and Space Museum. Votre engagement dans l’organisation de ce cinquantenaire vous a valu la Médaille de la reconnaissance des Français envers les Vétérans américains de la Seconde Guerre Mondiale.

Depuis lors, vous vous êtes également investie dans la fédération des anciens combattants et vous vous employez en son sein à retrouver la piste d’anciens vétérans. Vous êtes ainsi parvenue à identifier quatre vétérans aux Etats-Unis dont vous avez organisé les retrouvailles avec leurs anciennes familles d’accueil au début des années 2000, dans des conditions particulièrement émouvantes.

Ardente défenseur du patrimoine culturel et historique français à New York, vous êtes par ailleurs une citoyenne impliquée dans la vie de nos compatriotes – depuis 2004, vous contribuez à apporter une aide très concrète aux Français qui s’installent à New York dans le cadre de l’association irremplaçable Accueil New York, mais également par votre participation active au sein de la Commission administrative du Consulat et en tant que volontaire régulière comme assesseur au bureau de vote des élections au Consulat.

Ma chère Roxane,

En témoignage de reconnaissance pour votre engagement exemplaire au service de la communauté française et franco-américaine de New York, dont vous êtes l’un des piliers les plus solides, mais aussi en faveur de l’amitié franco-américaine sous ses formes les plus profondes, le Président de la République vous a nommé Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Et ce soir, c’est un grand privilège pour moi de vous remettre cette distinction, l’une des plus hautes de notre pays.

Roxane Meningaud Sirotto, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de l’Ordre National du Mérite./.

- Disours de Madame Roxanne Sirotto

- Photos de la cérémonie

      haut de la page