Skip to main content

L’héritage africain - Maison Française

Published on 12 février 2020
Alors que la France se prépare à la saison AFRIQUE 2020 qui débutera en juin prochain, les services culturels de l’ambassade de France sont fiers de s’associer à la National Gallery of Art pour présenter "African Legacy" : Films francophones de 1955 à 2019", un programme axé sur le cinéma africain à travers un regard historique et contemporain.


Cette série rassemble un total de quatorze films offrant un éventail d’interprétations de la culture de l’Afrique francophone et de la diaspora africaine. Les films racontent les histoires d’artisans, de musiciens, de conteurs et bien plus encore, tous confrontés aux récits coloniaux de l’héritage et de l’invention africains. Un certain nombre d’entre eux ont été récemment préservés ou restaurés.

Muna Moto de Jean-Pierre Dikongué-Pipa
1976 | Cameroon | 160 min
8 février | 14h30 | National Gallery of Art - West Building Lecture Hall

Premier long métrage de fiction camerounais, Muna Moto de Jean-Pierre Dikongué-Pipa est une étonnante saga de Roméo et Juliette. N’gando souhaite épouser N’domé, mais sa famille s’attend à la traditionnelle offrande de mariage. Malheureusement, N’gando est pauvre et incapable de réaliser ce devoir coutumier. N’domé, quant à elle, porte son enfant et, selon la tradition du village, elle doit prendre un mari qui a les moyens de subvenir à ses besoins. Lorsque les villageois décident de choisir l’oncle de N’gando, l’histoire prend un tournant décisif.

La Femme au couteau de Timité Bassori
1969 | Côte d’Ivoire | 77 min
16 février | 16h | National Gallery of Art - West Building Lecture Hall

Dans le film de Timité Bassori des années 1960, la psychologie freudienne est introduite dans un conte africain. Un jeune homme de Côte d’Ivoire rentre chez lui après un long séjour en Europe. Traumatisé, il doit se réadapter à sa propre société et à ses propres inhibitions sexuelles, manifestées par un rêve où une femme brandit un couteau. Ce cauchemar aliénant l’empêche d’avoir des relations normales. En se tournant vers les guérisseurs de province, il découvre qu’il est coincé entre les valeurs traditionnelles et la modernité.

L’héritage africain : 3 courts métrages

Afrique sur Seine de Paulin Soumanou Vieyra et Mamadour Sarr
1955 | France | 21 min

& Samba le Grand et Le retour d’un aventurier de Moustapha Alassane
1977 & 1966 | Niger | 14 & 34 min
18 février | 19h | Ambassade de France - La Maison Française

Alors qu’Afrique sur Seine, avant l’indépendance, explore la vie des Africains vivant à Paris, les marionnettes en stop-motion colorées de Samba le grand racontent un conte africain à propos d’un futur conquérant qui rencontre son égal en une femme potentat.

Le retour d’un aventurier est l’histoire d’un homme qui revient d’Amérique dans son village natal en apportant des vêtements de cow-boy à ses amis. Un film western sans pitié s’ensuit, méprisant les valeurs contemporaines et le consumérisme et se moquant des propres pairs post-coloniaux du cinéaste.

Borom Sarret et La Noire de... de Ousmane Sembène
1963 & 1966 | France | 18 & 80 min
23 février | 16h | National Gallery of Art - West Building Lecture Hall

Borom Sarret, réalisé avec un budget très restreint grâce à un appareil photo 16 mm d’occasion et à des dons d’actions, est une belle histoire courte sur un conducteur de charrette tirée par des chevaux qui refuse de faire payer ses passagers pour les balades et qui, à première vue, semble ne pas avoir les compétences nécessaires pour gérer une entreprise. Le premier long métrage d’Ousmane Sembène, La Noire de..., première œuvre d’un cinéaste africain à être largement diffusée en Occident, adapte la nouvelle de Sembène, un récit contemporain d’une jeune femme naïve attirée en France par un couple de Blancs qui la réduit en esclavage comme leur domestique.

Le Franc & La petite vendeuse de soleil de Djibril Diop Mambéty
1999 | France | 45 & 46 min
3 mars | 19h | Ambassade de France - La Maison Française

Le Franc et La petite vendeuse de soleil sont deux histoires modestes d’Africains urbains d’aujourd’hui, qui font partie de la série de Djibril Diop Mambéty, Histoires de petits gens.

La petite vendeuse de soleil est le portrait de la seule jeune fille qui ose vendre des journaux dans la rue, luttant pour surmonter les obstacles à la recherche d’une vie meilleure. Dans Le Franc, Marigo, musicien malchanceux, achète un billet de loterie et le colle à sa porte, désireux de montrer à son agaçante propriétaire qu’il pourrait un jour avoir de l’argent pour payer son loyer. Lorsqu’il a de la chance et qu’il gagne, Marigo doit détacher sa porte et la transporter sur des kilomètres à travers Dakar pour réclamer le prix.

Chez Jolie Coiffure et Deux visages d’une femme bamiléké de Rosine Mbakam
2019 & 2017 | Belgique | 70 & 76 min
8 mars | 16h | National Gallery of Art - East Building Auditorium

Le long métrage documentaire de Rosine Mbakam, née au Cameroun, intitulé Chez Jolie Coiffure, est une gracieuse pièce de chambre tournée dans un minuscule salon de coiffure à Bruxelles. Géré par le charismatique mais sans papier Sabine, Jolie Coiffure est une plaque tournante pour les femmes d’Afrique de l’Ouest - beaucoup, comme Sabine, sont originaires du Cameroun. Dans Deux visages d’une femme bamiléké, Mbakam retourne dans le village de sa mère au Cameroun. Elle veut présenter son jeune fils à la famille, mais plus encore, elle veut mieux connaître son passé et s’entretient longuement avec sa mère et les autres femmes du village.

Hyenas de Djibril Diop Mambéty
1992 | France | 110 min
19 mars | 19h00 | Ambassade de France - La Maison Française

Hyenas est une adaptation satirique de la pièce de Friedrich Dürrenmatt, La Visite. Une nouvelle femme riche qui retourne dans son village du désert propose un marché aux citoyens : elle donnera sa fortune au village en échange du meurtre de l’homme du coin qui, des années auparavant, l’avait séduite et abandonnée avec un enfant. Mambéty dit : "Ma tâche était d’identifier l’ennemi de l’humanité : L’argent... Je pense que ma cible est claire".

Wend Kuuni de Gaston Kaboré
1982 | Burkina Faso | 75 min
21 mars | 16h00 | National Gallery of Art - East Building Auditorium

Parabole de l’Afrique précoloniale, Wend Kuuni raconte la saga d’un jeune, muet et affamé qui, abandonné dans la brousse, est découvert et élevé avec une tendre compassion par la tribu Mossi.

QUAND ?
8 février - 21 mars 2020

OÙ ?
La Maison Française
4101 Reservoir Road, NW - Washington, DC

National Gallery of Art
6th and Constitution Avenue NW - Washington, DC

      haut de la page