Skip to main content

Cérémonie d’hommage au professeur Samuel Paty

Published on 22 octobre 2020
Lire la version
Discours de M. Philippe Etienne, Ambassadeur de France aux Etats-Unis (Washington, DC - 21 octobre 2020)

Mesdames et messieurs les professeurs,
Chers élèves,
Chers collègues,

Nous sommes rassemblés ici pour rendre hommage à Samuel Paty, enseignant en collège, assassiné vendredi dernier, victime d’un odieux attentat.

L’émotion que nous ressentons est immense, nos pensées vont à sa famille, à ses collègues, à ses élèves, à l’ensemble de la communauté éducative.

En ce moment même, le Président la République honore sa mémoire, à la Sorbonne, monument qui symbolise l’esprit des Lumières, la richesse culturelle de notre pays.

Cette richesse, la volonté de la transmettre, Samuel Paty l’incarnait. Il venait à 47 ans de prendre ses fonctions au collège du Bois de l’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine. Quelques jours avant le drame, le professeur Paty a donné son cours sur la liberté d’expression comme il le faisait chaque année et a expliqué à ses élèves la tragédie de l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015. Ce 16 octobre, Samuel Paty a été tué parce qu’il enseignait, parce qu’il apprenait à des élèves la liberté d’expression, parce qu’il voulait leur ouvrir les portes de l’esprit critique.

A l’annonce de cette tragédie, nous avons tous pensé aux enseignants qui ont jalonné nos vies d’enfant et de jeunes adultes. Qui nous ont aidé à découvrir le monde, qui nous ont donné les clefs de la connaissance, qui nous ont appris les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.

Oui, notre République s’est construite autour de son école, sur le socle de son école. L’école qui forme des citoyens. Qui façonne des femmes et des hommes épris de liberté. Qui combat l’ignorance, qui apprend à nous construire, à regarder l’autre, à accepter sa différence, nos différences.

Rien d’étonnant donc à l’hommage spontané et immense que tant de nos compatriotes ont souhaité rendre à Samuel Paty dimanche.

Symbole de la reconnaissance de notre pays, il sera fait Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume.

Un hommage lui sera rendu dans toutes les écoles de France le 2 novembre.

Le président de la République a présenté il y a quelques jours aux Mureaux la stratégie de lutte contre le séparatisme.

Le « réveil républicain » de notre pays passe par le rappel de l’importance de l’école de la République, dont il faut tirer toutes les conséquences.

Il passe aussi par le rappel de l’importance et par l’explication du principe de laïcité, qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire, qui garantit la liberté d’exercer son culte quel qu’il soit.

Dans notre République, chacun peut construire sa vie, peu importe ses croyances ou ses origines.

Nos enseignants resteront des guides essentiels sur ce chemin de la tolérance et de la liberté vers lequel nous voulons continuer d’avancer. Notre pays mobilisera toutes les ressources de l’Ecole et de l’Etat pour leur garantir les moyens de l’exercice de ces fonctions essentielles à l’avenir de notre Nation.

Je voudrais conclure par ces mots de l’écrivain Paulo Coelho qui disait tout du rôle immense de l’enseignant : « Enseigner, c’est montrer ce qui est possible. Apprendre, c’est rendre possible à soi-même. »

Vive la République, vive la France.

      haut de la page