Skip to main content

Journée Internationale pour l’elimination de la violence à l’égard des femmes

Published on 25 novembre 2020
Lire la version
Communiqué de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (25 novembre 2020)

À l’occasion de la 21e journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, la France réaffirme son engagement et sa détermination à combattre et éliminer toutes les formes de violences à l’égard des femmes et des filles.

Cette année a été marquée par une hausse dramatique de ces violences, résultant notamment de la pandémie de la COVID-19 et des périodes de confinement. Dans un contexte international en outre marqué par un retour du conservatisme en matière de droits des femmes, nous devons plus que jamais rester mobilisés.

C’est le sens de notre diplomatie féministe ambitieuse et résolue. Nous avons considérablement renforcé notre plaidoyer international en faveur des droits des femmes, en particulier à l’occasion de la présidence française du G7 l’an dernier et portons dans toutes les enceintes nos priorités - lutte contre les violences, défense des droits et santé sexuels et reproductifs notamment. Nous poursuivrons notre action en faveur de l’universalisation de la Convention dite d’Istanbul du Conseil de l’Europe, qui représente l’instrument international le plus abouti dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Notre aide publique au développement dédiée à l’égalité femmes-hommes augmente par ailleurs de manière continue et devra atteindre 700 millions d’euros en 2022. Nous avons mis en place un fonds de soutien aux organisations féministes dans les pays du sud (120 millions d’euros sur 3 ans).

En 2021, la France poursuivra son engagement en faveur de la lutte contre toutes les formes de violences sexistes et sexuelles. La France accueillera à Paris en juin 2021 le Forum Génération Égalité. Ce sera le plus grand rendez-vous international en matière de droits des femmes l’an prochain et il permettra la mise en place de six grandes coalitions d’action, dont l’une concernera la lutte contre les violences. Enfin, la France mettra à profit sa présidence du Conseil des droits de l’Homme (2021-2023) pour promouvoir activement les droits des femmes et des filles.

Cette diplomatie féministe, elle est portée également au sein de notre ministère qui se doit d’être exemplaire. C’est la raison pour laquelle depuis 2018 a été mis en place un plan ministériel de lutte contre le harcèlement sexuel avec la création d’une cellule d’écoute et de suivi des victimes de violences sexuelles et d’agissements sexistes, car il ne doit pas y avoir d’impunité. Le 1er décembre, elle sera intégrée dans un dispositif unifié de signalement, intitulé « Tolérance zéro ».